« Ah qu’il est Beau le débit de l’eau ! »

Quels enjeux d’eau ?

L’eau est vitale mais aussi un enjeu stratégique ?

Sans eau, il ne peut y avoir de Vie (Humaine, Animale, Biodiversité..) : c’est le premier signe recherché sur une planète

L’eau est prisée par tous, pour en trouver, pour la préserver, la détourner, alimenter les cultures. La guerre de l’eau existe et est bien présente.

  • Egypte / Soudan
  • Chine (barrages pour le contrôle de l’approvisionnement)
  • Mékong, Nil, Euphrate, Tibre ;
  • Asie Centrale : pompage des réserves d’eau pour la culture du coton ;
  • Mer d’Aral ;
  • Arrosage des cultures de Maïs en France
  • Détournement du Tage pour les cultures d’Espagne

Quelle qualité pour notre eau ?

L’eau du robinet est-elle bonne pour la santé ?

L’eau du robinet contient souvent du chlore (très toxique). Des solutions existent contre le chlore et certaines communes (Chay, By, Grange de Vaivre…) ont passé le pas et déjà installé des lampes UV pour remédier au problème.

D’autres substances (antibiotiques, perturbateurs endocriniens,..) non mesurées lors des contrôles seraient, pourtant, également présentes.

« L’UFC que Choisir ? » avait annoncé que les sources d’Arcier, alimentant, en eau potable, la ville de Besançon pouvaient être polluées. La Municipalité bisontine dément et menace d’attaquer l’association en justice.

Quelle gestion pour l’eau ? Qui ? Comment ? Quoi ?

L’eau c’est vaste et sa gestion en France ne l’est pas moins !

Alors pour ne pas se noyer dans les méandres des responsabilités et des strates , les sobriétaires vous font un petit mémo (source : Agence de l’eau Rhône/Méditerranée/Corse dont nous dépendons)

previous arrow
next arrow
Slider

A noter : Depuis la veillée Sobriétaire d’avril 2018, les choses ont évolué. Effectivement, un décret à la loi n°2018-702 du 3 août 2018 permet, sous certaines conditions, le report de la mise en place obligatoire du transfert de la compétence » eau et assainissement » des communes à l’intercommunalité, initialement fixée au 1er janvier 2020. Le « sursis » accordé est prolongé jusqu’en 2026, ce qui ne va pas sans poser certains soucis pour les communes ayant anticipé le transfert à 2020.

Eau douce et facture salée ou non ?

Rien de mieux que :

De vraies factures d’eau, appartenant à de vrais sobriétaires (qu’ils soient « habitués » à nos veillées ou non !), gérés par des organismes différents (ou non) pour l’eau et l’assainissement et, en fin de compte, un vrai échange d’idées et de points de vues !

Mais, au final, qu’en ressort-il ?

Mais quel lien réel y-a-t-il entre consommation d’eau et facture d’assainissement ? Alors, comme toujours, lors d’une veillée de nos sobriétaires, les échanges sont constructifs, argumentés et/ou contrés, pour analyser objectivement et (essayer) de comprendre « le pourquoi, du comment ».

Et, alors ? En conclusion ?

Le système ne semble pas tout à fait égalitaire « suivant, selon » où l’on se trouve ou de qui dépend notre facturation, certes ! Et, « nous dirions même plus ! » (dirait Dupont à Dupond (ou réciproquement)) : « dans ces conditions, « tintin » pour la transition ! Effectivement, la facturation actuelle ne semble pas « pénaliser » la surconsommation d’eau alors qu’elle pourrait être un des leviers pour faire changer les comportements individuels et contribuer, ensemble, à une meilleure transition ».

Mais commençons d’ores et déjà ! Comment économiser l’eau, sans attendre ?

Quelques exemples parmi bien d’autres, à compléter par vos soins :

Et si nos cours d’eaux devenaient laids ?

La qualité des eaux des rivières n’a pas été abordée ou peu lors de cette veillée, mais une autre réunion pourrait être dédiée à ce thème.

Pour mémo, récemment, les critères de classement pour être défini « cours d’eau » ont été revus à la baisse. De moins en moins de ruisseaux ne seront plus considérés comme cours d’eau d’où des mesures de préservation en moins ?

Quelques exemples pour limiter la pollution que nous générons nous-mêmes, dans notre quotidien :

Tagués avec : , , , , , , ,