Notre territoire et ses Citoyens s’impliquent dans de nouveaux modèles solidaires et économiques. C’est, entre autres, le cas pour la transition énergétique. En effet, l’autonomie énergétique est un objectif du Plan Climat Air Énergie du Territoire de Loue Lison dans lequel s’est engagée l’association EMNE auprès de la CCLL.

C’est pourquoi, vous donner la parole lors d’un débat, organisé par EMNE, nous apparaît plus que légitime. Les échanges se feront, donc, sur la transition écologique afin d’y apporter vos idées, axes de réflexion, orientations possibles. Cette thématique regroupe beaucoup de sujets : le logement, les mobilités, l’environnement, l’énergie….

Il est important pour chacun de nous d’être acteur de cette transition, aujourd’hui pour demain, et d’inscrire nos idées dans le Grand Débat national..

Merci d’avance de votre présence
le 7 mars prochain à la « Maison pour Tous » de Chay à 20h.

Nous vous attendons nombreux !

A 20 heures, le Président d’EMNE, Christophe Vuillermoz, ouvre la séance suivant l’ordre-du-jour, du jour (forcément !). Plus précisément, nous sommes le 29 novembre 2018, avec, aux côtés du Président :

  • Jean-François Dugourd, Vice-Président
  • Roland Sage, Trésorier
  • Michèle Triponney, Secrétaire
  • ainsi que les membres du Conseil d’Administration.

Finances

Roland Sage fait un point « Trésorerie », à l’occasion de la clôture du Fonds de confiance.

Projets EMNE en cours

Christophe Vuillermoz, Président, confirme la participation d’EMNE dans l’élaboration du PCAET (Plan Climat Air Énergie) de la Communauté de Communes Loue-Lison,   et fait un point sur la rencontre avec la commune de Quingey concernant, notamment, une nouvelle proposition pour relancer l’aménagement du barrage de Quingey.

Sensibilisation à l’environnement

Un temps d’échanges est consacré à la sensibilisation à l’environnement et à la nécessité d’une action coordonnée sur le territoire de la CCLL (Communauté de Communes Loue Lison) entre les différents acteurs.

Rapport d’activité des Commissions

La réunion se termine par la présentation des travaux en cours dans chacune des Commissions, ainsi que par les questions diverses.

Communication

L’un des engagements de la Commission Communication pour 2019 est la refonte du site internet EMNE, dans un premier temps, et la publication régulière d’articles pour que nos lecteurs puissent suivre EMNE au plus près de ses projets et activités…

Alors ici… soyons bien clair ! Point de Christina Cordula pour le « relooking » mais simplement une « équaïpe magnifaïk », Bernard et Sylvie, membres bénévoles d’EMNE, qui ont en charge le site emne.fr.

L’état d’avancement du projet et le nouveau modèle emne.fr, tendance 2019, est présenté aux membres du conseil d’Administration qui en approuve le fond et la forme.

Éthique et Sobriété

Compte rendu de la soirée des Sobriétaires du 27 septembre 2018 et préparation de la soirée du 6 décembre 2018 sur la vitesse et la lenteur (cf. CR).

Prospectives :

Compte rendu de la réunion du 12 novembre 2018 sur les projets en cours (notamment le barrage de Quingey,…)

Mise en réseau

Retour sur la conférence Spectacle Biosphère à Quingey et Ornans

Le prochain Conseil d’Administration est programmé le 31 janvier 2019.

Une année 2017 créative

L’assemblé générale d’EMNE du 24 mars 2017 se félicite de la dynamique engagée et de l’implication de :

  • 159 adhérents en 2017 et près de 260 sympathisants
  • 1 conseil d’administration de 18 membres et 3 personnes cooptées
  • 4 commissions qui œuvrent pour la communication, l’éthique, l’avenir, les citoyens et Territoires

avec 4 Commissions dans l’Action :

Communication

EMNE, en 2017, c’est près de 70 réunions de travail au service des projets et du territoire, ainsi que la participation à différentes manifestions.

Effectivement, être « au service du Territoire » implique une Communication Institutionnelle riche et transverse avec, notamment :

  • la Région, les Député(e)s, le Sénateur, le Département,
  • la Communauté de Communes Loue Lison, les Maires

mais aussi les différents acteurs régionaux :

  • le SYDED, le Syndicat Mixte de la Loue,
  • l’ADEME,
  • Franche-Comté Active,
  • le Réseau Régional des acteurs associatifs et coopératifs pour le développement des Energies Renouvelables en Bourgogne Franche-Comté.

La Commission Communication a, aussi, pour mission de faire connaître es actions d’EMNE en terme d’ énergies renouvelables. C’est ainsi que l’Association, s’implique beaucoup dans des initiatives ou événements locaux , par exemple :

  • sur les Marchés de Mesmay et de Byans,
  • au festival de la source, à Nans sous Saint Anne et à la journée des possibles du 23 septembre à Quingey
  • à la projection de films à Byans : Power to change ! et Qu’est-ce qu’on attend ?

Ethique et Sobriété

Les veillées « Sobriétaires » ont lieu le 3ème jeudi du mois, au Café de la Gare à Liesle, à raison d’un rythme bimensuel. En 2017, cinq veillées on eu lieu sur 4 thématiques : l’Habillement, l’Isolation, la Mobilité éco-logique (2 fois) et l’Informatique.

Côté Ethique, la Commission a joué son rôle de garant des valeurs d’EMNE

Prospectives

  • Hydro-électricité : étude de faisabilité d’exploitation du seuil de Quingey
  • Photovoltaïque : travail de simulation sur les productibles et recherche de toitures à équiperude de faisabilité

Citoyens et Territoires

Pilotage du projet de Création de la Fruitière à Énergie

Actions et Engagements pour 2018 :

Communication

Projet d’actualisation du site internet EMNE et intégration d’informations sur la Fruitière à Energies et de mise à jour du fichier d’Adhérents. 

Prospectives

La commission Prospectives engage un travail sur les kits d’autoconsommation et la notice correspondante. Par ailleurs, estégalement à l’étude un nouveau projet sur le barrage de Quingey.

Éthique & Sobriété

L‘Informatique, L’Eau, la Gestion des Déchets, la Consommation de Viande et la Vitesse sont les thématiques abordées en 2018 par nos Sobriétaires lors de leurs veillées.

Citoyens, Territoires & Finances

Pour 2018, il s’agira :

  • d’assumer un rôle de relayeur d’évènement et d’initiatives pour un pays en transition,
  • d’avoir des temps de travail commun avec élus, associations, acteurs économiques.

Les exemples ci-dessous témoignent de cette ambition :

CONVENTION EMNE / CREDIT AGRICOLE
CONVENTION EMNE / CREDIT AGRICOLE

Signature le 10 juillet 2018, d’une convention de partenariat pour l’accompagnement de la transition énergétique entre EMNE et le Crédit Agricole.

PCAET LOUE LISONEMNE au cœur de la réflexion
PCAET LOUE LISON
EMNE au cœur de la réflexion

 Le 22 juin 2018, visite du territoire lors de la journée « Bus de la Transition » dans le cadre du PCAET, à la rencontre des initiatives locales en faveur de transition énergétique.

COMMISSION CONSULTATIVE des Services Publics du SYDED
COMMISSION CONSULTATIVE des Services Publics du SYDED

Jean-François Dugourd et son suppléant, Daniel Rey, y représenteront EMNE

EMNE / Association TRI& Collectif KESKONFÉ
EMNE / Association TRI
& Collectif KESKONFÉ


Des réflexions sont engagées sur les coopérations possibles entre EMNE et l’Association TRI, dans la protection de l’environnement, et avec le Collectif Keskonfé ayant des objectifs analogues aux nôtres sur le Val d’Amour.

EMNE aux côtés de l'AMAP Loue& Citoyens Loue Lison
EMNE aux côtés de l’AMAP Loue
& Citoyens Loue Lison

Contribution, avec l’AMAP’Loue et Citoyens Loue Lison, à l’organisation de la conférence-spectacle de Biosphère sur le gaspillage alimentaire.


EMNE et ALTERNATIBA
EMNE et ALTERNATIBA


Rencontres entre EMNE et d’autres initiatives innovantes « éco responsables » sur notre territoire, lors de l’étape du tour Alternatiba, « un tour citoyen de mobilisation sur le dérèglement climatique », accueilli par le collectif Loue-Lison, à Ornans le 17 août 2018.

LA FRUITIERE à ÉNERGIESprimée par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire. pour son "INITIATIVE PORTEUSE DE SENS, UTILE ET INNOVANTE"
LA FRUITIERE à ÉNERGIES
primée par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire. pour son « INITIATIVE PORTEUSE DE SENS, UTILE ET INNOVANTE »


La fruitière à Energies, fière d’être lauréate pour le Grand Est, dans le cadre de # MON PROJET POUR LA PLANETE : 1 200 dossiers présentés sur toute la France, 419 éligibles et 44 retenus. 

L’élevage est la production agricole principale de notre territoire.

Même si les effluents d’élevages ne sont pas les meilleurs substrats pour la production de gaz méthane, ils offrent un potentiel intéressant sans réduire l’effet « engrais » des fumiers.

Le transport de ces effluents d’élevages, riches en eau, peut rapidement devenir prohibitif et, sur un plan énergétique, être contre-productif.

Créer des méthaniseurs de taille modeste plutôt que de grande taille, pour mailler le territoire semble un impératif.

Sur le plan de l’efficacité énergétique, la transformation du gaz en énergie électrique passe par un moteur à explosion dont le rendement est faible (au mieux 30%) et la durée de vie limitée (2 à 3 ans). Il y a donc au minimum 70% d’énergie calorifique à récupérer et à valoriser sur place, ce qui n’est jamais le cas.

Depuis peu, il est possible, après purification, d’injecter le méthane des digesteurs dans le réseau de distribution de gaz et de transporter par camion citerne ce gaz à injecter. La valorisation énergétique est très nettement améliorée en brulant le gaz pour chauffer plutôt qu’en le transformant en électricité. De plus, contrairement à l’électricité, le gaz peut facilement être stocké.

Certains points de vigilance sont, cependant mentionnés, dans le rapport intermédiaire du Plan-Climat-Air-Énergie-Territorial de la Communauté Commune Loue Lison :

 » En raison du contexte karstique du territoire et des impacts probables de cette énergie sur l’environnement (dégradation de la qualité des eaux), mais également des difficultés potentielles pour approvisionner les méthaniseurs, les participants se sont globalement positionnés en faveur d’un développement maitrisé de la méthanisation »
 
« Vigilance sur le développement des unités de méthanisation afin de limiter les impacts de l’épandage des digestats sur la qualité des eaux »
  lsdlocked

Ces nouvelles manières d’envisager la méthanisation ouvrent de réelles perspectives pour notre territoire. EMNE, avec ses partenaires, dont La Fruitière à Énergies, met ses compétences au service de cette future filière d’énergie renouvelable.


Le palmarès dévoilé le 23.11.2018 :

Chaque année, a lieu le Concours Régional de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS). Effectivement, organisé, depuis 3 ans, par la Région Bourgogne – Franche-Comté, il a vocation à mettre en lumière, des structures novatrices concept et organisation. 

Ainsi, les initiatives régionales innovantes et représentatives d’une économie sociale et solidaire ont été récompensées ce 23 novembre 2018.


Les entreprises pour qui le profit n’est pas le but ultime 

Par conséquent, toute association, coopérative, mutuelle ou entreprise.. peut prendre part au concours si ses actions et  projets portent les valeurs :

  • de l’économie circulaire,
  • de la solidarité,
  • et du développement économique local.

Et c’est, bien, sur ce postulat et ces convictions, qu’est née La Fruitière à Énergies à Quingey.  Forte de ses 130 associés, de ses bénévoles, elle s’appuie, donc, sur la capacité d’investissement de ses membres. En effet, La Fruitière à Énergie œuvre pour la transition énergétique sur tout le Territoire. C’est pourquoi, elle multiplie les initiatives et accompagnements d’entreprises, collectivités… dans leurs projets de transformation.

Enfin, parmi 60 dossiers présentés, La Fruitière à Énergies a reçu le prix « Coup de Cœur du Jury » aux côtés des 4  Lauréats Régionaux :

  • AILES (Autun) : Association inter-entreprises locale d’entraide sociale
  • La Manufacture des usines réunies (Saint-Loup-sur-Semouse – 70)
  • Les Petits Peut-On (Belfort – 90) : Multi-accueil parental
  • Les Valoristes Bourguignons (Crissey – 71)

5 initiatives primées  défendant, toutes,  les mêmes valeurs et plaçant l’humain au cœur de l’économie en donnant la priorité au service rendu, plutôt qu’en poursuivant un but lucratif


A lire, aussi  :

Et qui ne s’est jamais dit « Seuls nous ne pouvons rien changer? » La Fruitière à Énergies, une entreprise locale et citoyenne pour les énergies renouvelables !


La Communauté de Communes Loue Lison (CCLL) a acté, fin 2017, l’élaboration de son Plan Climat-Air-Énergie Territorial (PCAET).

Dans ce cadre, la CCLL a sollicité EMNE, en tant qu’Association au cœur de la réflexion sur :

  • la production d’énergies renouvelables,
  • la sobriété énergétique,
  • la mobilité…,

Ainsi, EMNE a contribué à ce travail de co-construction avec les élus, mais aussi, avec les acteurs économiques, telle que la Fruitière à Énergies,

1 PCAET : C’est Quoi ?

En fait, les plans Climat-Air-Énergie-Territoriaux sont issus de la loi sur la transition énergétique de 2015. 

Désormais, ils remplacent les Plans Climat-énergie territoriaux (les PCET définis lors du Grenelle 2 en 2010).

Notamment portés par les Communautés de Communes de plus de 20 000 habitants, ils concernent tout le territoire de la collectivité.

L’article 188 de la loi n° 2015-992 du 17 août 2015 modifie la gouvernance et le contenu des plans climat-énergie territoriaux (PCET), initialement élaborés par toute collectivité territoriale de plus de 50 000 habitants…, pour en faire des plans Climat-Air-Énergie-Territoriaux (PCAET) portés par les établissements publics, Les Communautés de Communes supérieures à 20000 habitants et la métropole de Lyon et concernant tout le territoire de la collectivité ».(Source : AIDA)

1 PCAET : Pourquoi faire et Pour Qui?

Les ambitions du Plan Climat-Air-Énergie Territorial :

1 PCAET : c’est Mobiliser, Élaborer, Mettre en Oeuvre

Pour mémoire :

Le  décret n° 2016-849 du 28 juin 2016 relatif au plan climat-air-énergie territorial précise le contenu du diagnostic, de la stratégie territoriale, du plan d’actions et du dispositif de suivi et d’évaluation du PCAET, ainsi que ses modalités d’élaboration, d’adoption et de mise à jour. Il prévoit, par ailleurs, un dépôt du plan sur une application informatique gérée par l’ADEME pour mise à disposition du public. Les polluants atmosphériques et les secteurs d’activité à prendre en compte sont définis par l’arrêté du 4 août 2016 relatif au plan climat-air-énergie territorial.(Source : AIDA)

D’abord, « Mobiliser » :

Dès le 1er trimestre 2018, la CCLL a lancé une dynamique de mobilisation des acteurs locaux tant économiques, qu’associatifs ou élus.

Puis, « Élaborer » et « Mettre en Oeuvre » :

Ensuite, a pu démarrer le processus d’élaboration de son Plan Climat.

En route à bord du « Bus de la Transition » !
A la rencontre des initiatives du territoire !
Suivie de réunions et ateliers sur le PCAET !
Parmi les passagers, la CCLL et les partenaires locaux, dont EMNE !

22 juin 2018 : Départ du « bus de la transition »

  •  destination Initiatives « Énergie » Locales
  •  point d’étape des attentes et ressources nécessaires

04 juillet 2018 : « Méditations » à la ferme de Flagey

  •  diagnostic des enjeux « Climat-air-Energie »
  •  établissement de leur cartographie locale

10 octobre 2018 : Quelle ambition ? Quelle trajectoire ?

  • détermination de la transition énergétique et écologique de notre territoire

Suite du parcours : 1er semestre 2019

  • élaboration d’un plan d’actions 
  •  rédaction du projet
  •  Approbation par les élus au printemps 2019

En Bref :

Les étapes d’élaboration d’un Plan Climat

<br>

1 PCAET, c’est aussi accompagner :

Encore une fois, EMNE est ravi de contribuer à ce vaste projet qu’est le PCAET. C’est, effectivement, un pas de plus vers la transition énergétique de Notre Territoire.

OEUVRER  pour la TRANSITION ÉNERGÉTIQUE :  Énergies renouvelables, Ethique et Sobriété, Communication, Prospectives, Citoyens et Territoires : LA RAISON d’ETRE d’EMNE !



Et non ! Toutes les veillées de décembre ne se consacrent pas aux sapins, aux guirlandes clignotantes, aux illuminations, aux cadeaux… Et oui ! Ce serait sans compter sur nos sobriétaires qui veillent sur notre éthique et notre sobriété énergétique en étudiant nos modes de consommation dans tout domaine.

En effet, d’une fréquence bimestrielle, leurs  rencontres sur la sobriété énergétique sont :

  • des moments d’échanges,
  • de partages d‘expériences,
  • de ressentiset de réflexions.

Ainsi, chacun vient avec son mot à dire, son libre arbitre, ses arguments pour alimenter le débat. Ce peut-être, aussi, simplement partager entre tous. Car c’est bien ce que nous faisons ou envisageons aujourd’hui qui fera demain..

Alors, ne manquez, donc, pas
la 12ème Veillée des Sobriétaires  !

Cependant, même lorsque la thématique du jour est « la Vitesse », nos veilleurs vont à leur rythme, sans perdre, pour autant, de temps, car en matière énergétique, il n’est plus temps !!!

Alors, pour vous mettre  dans l’ambiance et nous proposer vos idées : à lire => « La vitesse débouche-t-elle sur des gains de temps ? »

Image title

Your subtitle here

Où en sommes-nous et quels enjeux pour 2020 ?

Présentation des actions et engagements d’EMNE sur les enjeux de l’année 2019 bien remplie entre PCAET, sensibilisation, urgence climatique, actions citoyennes…
Les challenges 2020 sont tout aussi nombreux à relever dans une même urgence.

Vos idées, engagement, soutien nous importent !

Venez échanger et proposer des axes de réflexion possibles, lors de notre AG du 28 mars 2020 à 9 heures en Mairie de Quingey – Salle des Murmures de la Loue.

Nous vous attendons nombreux !

Le Hic du Plastique ?!

Les veillées, dont on parle, sont coordonnées par l’équipe « Ethique et Sobriété » d’EMNE. La transition écologique et énergétique, et donc l’environnement, ainsi que l’éthique induisent « la sobriété » dans nos modes de vie et consommation, pour en enrayer les conséquences.
Alors, si nous faisions un petit tour du coté des plastiques ?!

Des chiffres qui « piquent » !

La fabrication de millions d’emballages, utilisés chaque année, entraîne la consommation d’une quantité importante de matières premières et d’énergie, pour une durée d’utilisation souvent très réduite. Les emballages jetables, qu’ils soient recyclables ou non, deviennent des déchets que la collectivité doit prendre en charge.

La consommation de plastique a été multipliée par 20 dans le monde en 50 ans ! Seuls 9 % ont été recyclés ! Rien se semble l’enrayer, puisqu’il est prévu qu’elle soit multipliée par 4 d’ici 2050 !

Un ménage français jette ainsi en moyenne 10 emballages par jour.
Les déchets d’emballages entrent pour près de 30 % en poids
et 50 % en volume dans la quantité totale des ordures ménagères.

La problématique du recyclage !

Quand le recyclage atteint ses limites !! La sensibilisation au tri a eu pour conséquence une poubelle « grise » d’ordures ménagères qui diminue et une poubelle « jaune » qui explose.

Malheureusement les taux de recyclage peut-être divisés par 4 selon les matériaux : 80 % pour le verre contre 22 % seulement pour le plastique ! Le reste est brûlé ou enfoui avec les autres ordures ménagères résiduelles, occasionnant diverses pollutions et rejets de gaz à effet de serre

Pour les plastiques non-collectés, ils deviennent des micro…nanopolluants  stockés dans les sols, rivières, nappes phréatiques, mers et océans, dans notre environnement proche, voire notre alimentation

Le coût environnemental et financier d’un emballage, recyclé ou non, est loin d’être négligeable, car le processus de production est consommateur de ressources naturelles.

Tactiques et Trucs contre le « hic » du plastique !

A. Augmenter le Recyclage

Il existe en réalité peu de solutions car nous venons d’énoncer les limites du recyclage. Le Lobby des producteurs de déchets plastiques (Coca par exemple) sont favorables à de nouvelles politiques de recyclage plutôt que de réduire les déchets à la source !

B. Interdire, encadrer les pratiques et sensibiliser à d’autres pratiques

au niveau des Collectivités Locales

Interdire l’utilisation du « jetable » partout où cela est possible (administrations, écoles, organismes publics)

Privilégier « l’incitatif » pour ceux qui privilégie d’autres modes de fonctionnement en restauration (si utilisation de l’espace public), événementiel (condition à l’octroi de subventions)…

au niveau national et supra-national

Prendre des décisions applicable à l’ensemble des pays Européens comme l’interdiction de la vaisselle plastique, des pailles (verres, assiettes, gobelets, touillettes..)

C. Réduire les déchets à la source

Il est possible d’y arriver progressivement. Témoignage du papa de la Famille « Zéro Déchet » – Jérémie Pichon

Faciliter le réemploi d’emballages : bocaux en verre, sacs coton..

en favorisant l’accès à l’eau potable :

  • remplacer bouteilles par gourdes ( citoyen )
  • installer des points d’eau ( collectivité, entreprises, administrations, écoles, zônes touristiques…), remettre en ordre des fontaines, éditer des cartes qui indiquent ces points d’eau

en soutenant le développement de la vente en vrac : réseau Vrac, réseau « Day by Day » – 42 rue Battant – Besançon

  • favoriser l’accès au foncier pour ces initiatives, mettre en œuvre des conditions préférentielles de financement (garanties de prêts, avances, prêts, appels à projets spécifiques …) (collectivités )
  • établir une carte des commerçants « zéro déchets »
  • apporter ses contenants aux commerçants de proximité ( bocaux verre, sacs coton …)
  • proposer à ces commerçants qui acceptent de coller un autocollant sur leur vitrine « accepte les emballages réutilisables ». (cf. campagne de zero waste « mon commerçant zéro déchet » accompagné d’un guide de 12 propositions https://www.zerowastefrance.org/territoire-zero-waste-livre-revolutionner-gestion-dechets/

Projet d’épicerie Coopérative dans le Jura :

Le vrac n’est pas pour l’instant prioritaire car nécessitant des locaux adaptés …

Réintroduction de systèmes de consigne. Largement répandue en France jusque dans les années 60, la consigne consiste à conditionner les produits dans des emballages réutilisables contre paiement d’une somme forfaitaire restituée au client lorsqu’il rapporte l’emballage. Organisée le plus localement possible pour éviter le transport des emballages sur de longues distances, la consigne permet de réels bénéfices environnementaux et contribue à créer un lien entre les commerçants et leur clientèle.

utiliser des produits sans emballages : dentifrice, shampoing

préférer les alternatives aux emballages plastiques : films plastiques en tissu et cire

Autres Exemples :

  • Ville de Fribourg : « fribourg cup » : la ville fournit des gobelets réutilisable sgratuitement aux cafés et aux commerçants qui veulent rejoindre le projet, ainsi que des affiches et des autocollants pour promouvoir le dispositif à leur clientèle : consigne de 1€ pour la fribourg cup
  • Projet de Brune Poirson, la secrétaire d’état auprès du ministre de la transition écologique, qui propose des bouteilles plastique consignées  (idem Allemagne ) mais qui met en difficulté les collectivités qui avaient investi dans des chaines de recyclage du plastique.
  • Association Bout à Bout (Loire)

Hydroélectricité : ne perdons pas le fil !
Prochaines étapes pour le projet du « seuil de Quingey » :

La DREAL (Direction Régionale de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement)
la DDT (Direction Départementale des Territoires)
& l’AFB (Agence Française pour la Biodiversité)

doivent statuer, à la demande du Syndicat Mixte Haut-Doubs Haute-Loue (SMHDHL), sur le projet hydroélectrique du « seuil de Quingey » proposé par EMNE.

Une « convention administrative » est en cours entre EMNE et SMHDHL…

Remonter à la source du projet ?


EMNE se tient au courant !…
en se rapprochant de l’expertise hydroélectrique.

Depuis 2013, l’ADEME organise chaque année une rencontre sur l’hydroélectricité, permettant aux porteurs de projets et exploitant d’échanger sur les solutions possibles en matière d’hydroélectricité grâce à l’expertise d’organismes locaux ou nationaux sous forme de conférences, débats, ateliers, visites…

François Vacheresse et Christian Mesnier d’EMNE ont participé à cette 7 ème rencontre fin 2019 dans le cadre de leur réflexion au sein de notre « commission prospectives » et de leur engagement dans le projet hydroélectrique du seuil de Quingey.

Atelier sur l’optimisation d’installations hydroélectriques particulièrement intéressant

Des nouvelles du projet hydroélectrique ?


Des perspectives émergent :

Le bureau d’études, ISL, a repris, à notre demande (Syndicat Mixte Haut-Doubs et Haute-Loue), le développement de la nouvelle implantation (dit « scénario 4 »), en extrémité droite du seuil de Quingey, pour l’intégrer au dossier initial d’étude de faisabilité de la remise en service d’une microcentrale hydroélectrique, sans doute 1 ou 2 turbines de type VLH.

Le Syndicat Mixte Haut-Doubs Haute-Loue

Dernière ligne droite – 17 octobre 2019 – source Syndicat Mixte Haut-Doubs Haute-Loue

Visuel du Projet d’Implantation – source Syndicat Mixte Haut-Doubs Haute-Loue

D’apparents petits riens peuvent aboutir à de grands biens ! EMNE s’engage encore et toujours avec vous tous pour faire évoluer les choses.

Débat organisé par EMNE le 7 mars 2019 à 20h – Chay

Merci à tous ceux qui sont venus apporter leurs idées et témoignages, lors du débat organisé par EMNE, et, ainsi permis d’identifier plusieurs thématiques, problématiques, propositions et axes d’amélioration.

Thématique 4 : LE LOGEMENT et VEILLIR ENSEMBLE

L’Isolation

Logement

La possibilité d’isoler pour 1 € est réelle, y compris sans condition de ressources en ce qui concerne les sous-sols et caves, grâce aux « Certificats d’Economie d’Energie ».

Le coût des travaux d’isolation est pris en charge par les fournisseurs d’énergie qui trouvent là, matière à prouver qu’ils agissent bien pour les économies d’énergie.

Attention aux arnaques

Certains fournisseurs (hyper marchés) délivrant du carburant acquérant lesdits certificats à bon compte en faisant travailler de la main d’œuvre étrangère, plus économique, et se contentant de caler les combles à coups de polystyrène…

Garantir la qualité des travaux !

Pouvoir choisir l’entreprise et des matériaux de qualité, respectueux de l’environnement.

Étendre les subventions aux particuliers qui font eux-mêmes les travaux.

Pouvoir s’informer simplement dans les communes et Territoires !

Créer des lieux d’information, Simplifier les démarches administratives,
Développer les services de diagnostic énergétique avec un personnel qualifié et des moyens financiers conséquents.

Etablir un bilan énergétique via l’ADIL

Un bilan énergétique des bâtiments établi, via l’ADIL, est actuellement aidé à hauteur de 80%

Exemple Bourgogne Franche-Comté
Audit Effilogis = 700 €

Prise en charge
Région + ADEME BFC = 550 €

Coût restant à charge = 150 €
à régler directement au bureau

La disparition prochaine de l’ADIL est un grave problème, la délégation du service rendu aux collectivités territoriales posant le double problème du transfert des savoir-faire et des moyens.

La Vie dans les Villages

Veillir dans son village

Trouver des réponses pour un habitat collectif partagé pour les personnes âgées, souvent seules dans des grandes maisons trop coûteuses à chauffer et à entretenir.

Rénover ces vieilles maisons pour les rendre accessibles, en particulier en location, pour accueillir des jeunes actifs souhaitant s’installer dans les villages.

Développer la cohabitation entre les générations pratiquée par la ville de Besançon, qui mixte, en matière d’habitat les jeunes couples et les retraités, ainsi soulagés de l’isolement par l’âge.

Faire connaître les bonnes pratiques, comme Villages vivants, Ages et vie … dans la presse, les médiathèques les mairies et les institutions de l’Habitat…

Nous contacter !
Nous rejoindre !

Remplir et adresser par voie postale le bulletin d’adhésion

Nous contacter !Nous rejoindre !

Débat organisé par EMNE le 7 mars 2019 à 20h – Chay

Merci à tous ceux qui sont venus apporter leurs idées et témoignages, lors du débat organisé par EMNE, et, ainsi permis d’identifier plusieurs thématiques, problématiques, propositions et axes d’amélioration.

Thématique 3 : LA MOBILITÉ

L’Intermodalité

Transport

L’efficience de l’intermodalité, pour les déplacements urbains mais, surtout,  ruraux, est conditionnée par la mise en place de moyens incontournables.

Développer les alternatives à la voiture individuelle :

Vélo : développer la location de vélo, les abris sécurisés à proximité des arrêts de bus, des gares…

Bus : augmenter le nombre de lignes de bus, et la fréquence des passages…, développer la livraison de marchandises via les lignes régulières, ouvrir les lignes scolaires aux non-scolaires

Train : maintenir & réhabiliter de petites lignes, augmenter la fréquence des passages…

Covoiturage, autopartage : créer des cafés-covoit, parkings de covoiturage…

Auto-stop facilité
exemple de Rezo Pouce : l’autostop au quotidien

Pedibus :
cf. Adoptez le Pédibus

Subventionner les transports collectifs

Les rendre gratuits ou très peu chers. Exemple de la ligne de bus Quingey–Besançon, passée de 3€  à 1.50€. cf. Mobidoubs

Trouver des solutions pour les liaisons manquantes pour les 1ers et derniers kilomètres

Adjoindre, pour chaque territoire, une centrale de mobilité pour guider les usagers dans leur choix de transport

Des Territoires réorganisés

Réduire les déplacements en réorganisant les territoires.

Donner l’envie de « rester au village »

Maintenir ou réinstaller des commerces locaux

Favoriser des liaisons de transports en commun

Développer des emplois ruraux

Restaurer et Conserver le Patrimoine

Créer des épiceries coopératives citoyennes

Faciliter leur accès par des moyens de mobilité partagée en envisageant aussi une camionnette coopérette, comme cela se faisait autrefois dans les villages (ex. dans les Cévennes ou sur le Plateau de Millevaches en Limousin)

Les Poids Lourds

L’utilisation systématique des poids lourds aussi bien à l’international qu’en local devrait être plus réglementée en raison des risques accidentogènes sur les petites routes, ainsi que de la concurrence déloyale en matière de salaires ; les routiers européens n’hésitant plus à pratiquer le cabotage pour accroître leur rentabilité.

Réorganiser les transports de marchandises

Réduire les transports par camions en limitant le fonctionnement à flux tendu et en cessant l’urgence permanente d’avoir tout, tout de suite !

Modifier la politique globale de la SNCF qui est à l’origine de la diminution du fret par rail, du ferroutage.

Autres axes de réflexion :

Re-nationaliser les autoroutes ?

Développer les lignes inter-départementales de transports ? (ex. ancienne ligne de bus de Besançon-Quingey-Salins-Champagnole ; possibilité pour les tramways de Karlsruhe d’emprunter le réseau TGV jusqu’à Strasbourg)

Nous contacter !
Nous rejoindre !

Remplir et adresser par voie postale le bulletin d’adhésion

Nous contacter !Nous rejoindre !

EMNE y sera encore Samedi 25 mai !

13 h 30 – Parc Micaud – Besançon

Allons-y ensemble !!

Co-voiturage

12h45 depuis Quingey (église)

Départ Vélos :

11h30 depuis Quingey (église)
12h30 depuis Busy (parking vélo route)

4 000 personnes s’étaient réunies le 16 mars dernier à Besançon,
ce vendredi 24 mai, c’était au tour des jeunes d’agir et de se mobiliser,
ce 25 mai, venez tous faire entendre votre voix face à l’urgence climatique !

Top