Veillée Sobriétaire : le Hic du Plastique !

Veillée Sobriétaire : le Hic du Plastique !

Le Hic du Plastique ?!

Les veillées, dont on parle, sont coordonnées par l’équipe « Ethique et Sobriété » d’EMNE. La transition écologique et énergétique, et donc l’environnement, ainsi que l’éthique induisent « la sobriété » dans nos modes de vie et consommation, pour en enrayer les conséquences.
Alors, si nous faisions un petit tour du coté des plastiques ?!

Des chiffres qui « piquent » !

La fabrication de millions d’emballages, utilisés chaque année, entraîne la consommation d’une quantité importante de matières premières et d’énergie, pour une durée d’utilisation souvent très réduite. Les emballages jetables, qu’ils soient recyclables ou non, deviennent des déchets que la collectivité doit prendre en charge.

La consommation de plastique a été multipliée par 20 dans le monde en 50 ans ! Seuls 9 % ont été recyclés ! Rien se semble l’enrayer, puisqu’il est prévu qu’elle soit multipliée par 4 d’ici 2050 !

Un ménage français jette ainsi en moyenne 10 emballages par jour.
Les déchets d’emballages entrent pour près de 30 % en poids
et 50 % en volume dans la quantité totale des ordures ménagères.

La problématique du recyclage !

Quand le recyclage atteint ses limites !! La sensibilisation au tri a eu pour conséquence une poubelle « grise » d’ordures ménagères qui diminue et une poubelle « jaune » qui explose.

Malheureusement les taux de recyclage peut-être divisés par 4 selon les matériaux : 80 % pour le verre contre 22 % seulement pour le plastique ! Le reste est brûlé ou enfoui avec les autres ordures ménagères résiduelles, occasionnant diverses pollutions et rejets de gaz à effet de serre

Pour les plastiques non-collectés, ils deviennent des micro…nanopolluants  stockés dans les sols, rivières, nappes phréatiques, mers et océans, dans notre environnement proche, voire notre alimentation

Le coût environnemental et financier d’un emballage, recyclé ou non, est loin d’être négligeable, car le processus de production est consommateur de ressources naturelles.

Tactiques et Trucs contre le « hic » du plastique !

A. Augmenter le Recyclage

Il existe en réalité peu de solutions car nous venons d’énoncer les limites du recyclage. Le Lobby des producteurs de déchets plastiques (Coca par exemple) sont favorables à de nouvelles politiques de recyclage plutôt que de réduire les déchets à la source !

B. Interdire, encadrer les pratiques et sensibiliser à d’autres pratiques

au niveau des Collectivités Locales

Interdire l’utilisation du « jetable » partout où cela est possible (administrations, écoles, organismes publics)

Privilégier « l’incitatif » pour ceux qui privilégie d’autres modes de fonctionnement en restauration (si utilisation de l’espace public), événementiel (condition à l’octroi de subventions)…

au niveau national et supra-national

Prendre des décisions applicable à l’ensemble des pays Européens comme l’interdiction de la vaisselle plastique, des pailles (verres, assiettes, gobelets, touillettes..)

C. Réduire les déchets à la source

Il est possible d’y arriver progressivement. Témoignage du papa de la Famille « Zéro Déchet » – Jérémie Pichon

Faciliter le réemploi d’emballages : bocaux en verre, sacs coton..

en favorisant l’accès à l’eau potable :

  • remplacer bouteilles par gourdes ( citoyen )
  • installer des points d’eau ( collectivité, entreprises, administrations, écoles, zônes touristiques…), remettre en ordre des fontaines, éditer des cartes qui indiquent ces points d’eau

en soutenant le développement de la vente en vrac : réseau Vrac, réseau « Day by Day » – 42 rue Battant – Besançon

  • favoriser l’accès au foncier pour ces initiatives, mettre en œuvre des conditions préférentielles de financement (garanties de prêts, avances, prêts, appels à projets spécifiques …) (collectivités )
  • établir une carte des commerçants « zéro déchets »
  • apporter ses contenants aux commerçants de proximité ( bocaux verre, sacs coton …)
  • proposer à ces commerçants qui acceptent de coller un autocollant sur leur vitrine « accepte les emballages réutilisables ». (cf. campagne de zero waste « mon commerçant zéro déchet » accompagné d’un guide de 12 propositions https://www.zerowastefrance.org/territoire-zero-waste-livre-revolutionner-gestion-dechets/

Projet d’épicerie Coopérative dans le Jura :

Le vrac n’est pas pour l’instant prioritaire car nécessitant des locaux adaptés …

Réintroduction de systèmes de consigne. Largement répandue en France jusque dans les années 60, la consigne consiste à conditionner les produits dans des emballages réutilisables contre paiement d’une somme forfaitaire restituée au client lorsqu’il rapporte l’emballage. Organisée le plus localement possible pour éviter le transport des emballages sur de longues distances, la consigne permet de réels bénéfices environnementaux et contribue à créer un lien entre les commerçants et leur clientèle.

utiliser des produits sans emballages : dentifrice, shampoing

préférer les alternatives aux emballages plastiques : films plastiques en tissu et cire

Autres Exemples :

  • Ville de Fribourg : « fribourg cup » : la ville fournit des gobelets réutilisable sgratuitement aux cafés et aux commerçants qui veulent rejoindre le projet, ainsi que des affiches et des autocollants pour promouvoir le dispositif à leur clientèle : consigne de 1€ pour la fribourg cup
  • Projet de Brune Poirson, la secrétaire d’état auprès du ministre de la transition écologique, qui propose des bouteilles plastique consignées  (idem Allemagne ) mais qui met en difficulté les collectivités qui avaient investi dans des chaines de recyclage du plastique.
  • Association Bout à Bout (Loire)
Tagués avec : , , , , , ,